Profile Works Exhibitions Contact
Jane Le Besque
     
 

Broken symmetries in a fractal garden
Brennan Goddard,
Senior Physicist, CERN
European Organisation for Particle Physics

Creation, together with the exploration of elementary building blocks and emergent forms of organic complexity, have often been deep themes in Jane Le Besque's work. As the exquisite models and constructs of theoretical physics are laid bare in the language of abstract spaces and higher dimensions, ready for the steel and concrete of experiment to test, so are her explanations and depictions of birth, growth, evolution and inevitable decay formed, framed, hung and scrutinised. In this pocket of universe where visible matter and energy is only 5% of what we know must be present (as far as we can know something), her latest collection Moveable Garden extends somehow well beyond the visible end of the electromagnetic spectrum; but also below, or rather beneath it, into the dark matter core which surrounds us. The works individually already possess a fractal dimension, are already intrinsically more than two dimensional. But for the viewer drawn in by their dark pull, they also possess more than the conventional metrics of depth, width and height. If we could, impossibly, attain a high enough clarity of vision, then other tightly curled and furled extra hidden dimensions would appear, folded into the interstices between the layers, within the rendering and particles of pigmentation.

The broken symmetries of the diptych and triptych groupings contained in the 20 panels recall the pairings and trios of Standard Model particles, neutrinos, leptons, quarks, which morph and slide into one another when crossing space, or when crossing time, for reasons which can be described but not explained. The works in this installation together form a contextual unity with subtle interchangeability, and one suspects that even when eventually separated, the individual painting will feel a physical force from each other, generated by the hidden exchange of their shared messages, drawing them together again exactly as forces between objects in the subatomic world are made physical by the exchange of virtual messenger bosons.

Eventually, possibly, when our physics and mathematics breaks through the barriers of thought and imagination which define today's limits, another layer of reality will have to be painted and pasted together, another layer of detail added to the collage. Much as in Moveable Garden, organic forms of tubes and strings may replace abstract energy points, and membranes and manifolds replace the flat or gently curving spacetime substrate. The darkness and interchangeable energy/matter of creation and complexity will then find another landscape for expression, a landscape which already has its echos in Le Besque's work.



Symétries brisées dans un jardin fractal
Brennan Goddard,
Physicien senior au CERN
Organisation européenne pour la physique des particules


La Création, en même temps que l'exploration des blocs de construction élémentaires et des formes émergentes de la complexité biologique, ont été souvent des thèmes profonds dans l'œuvre de Jane Le Besque. De même que les modèles exquis et les constructions de physique théorique sont mis à nu dans la langue des espaces abstraits et des dimensions supérieures, prêts pour le test de l'expérience de béton et d'acier, ses explications et représentations de la naissance, de la croissance, de l'évolution et du déclin inévitable sont formées, encadrées, accrochées et scrutées. Dans cette poche de l'univers où la matière visible et l'énergie ne représentent que 5% de ce que nous savons y être présent (pour autant que nous puissions savoir quelque chose), sa dernière collection "Cocagne" s'étend en quelque sorte bien au-delà de la la fin visible du spectre électromagnétique, mais aussi au dessous, ou plutôt derrière, au cœur de la matière noire qui nous entoure. Les œuvres possèdent déjà individuellement une dimension fractale, et ont déjà intrinsèquement plus de deux dimensions. Mais pour le spectateur aspiré par leur attraction sombre, ils possèdent également plus que les mesures classiques de la profondeur, de la largeur et de la hauteur. Si nous pouvions, incroyablement, atteindre une clarté de vision assez élevée, alors d'autres dimensions supplémentaires cachées, recroquevillées et enroulées apparaîtraient, pliées dans les interstices entre les couches, dans le rendu et les particules de pigmentation.

Les symétries brisées des regroupements en diptyques et triptyques contenues dans les 20 panneaux rappellent les paires et trios de particules du Modèle Standard, neutrinos, leptons, quarks, qui se métamorphosent et glissent l'un dans l'autre en franchissant l'espace, ou le temps, pour des raisons qui peuvent être décrites mais non expliquées. Les œuvres de cette installation forment un ensemble d'unité contextuelle et d'une subtile interchangeabilité, et l'on soupçonne que même s'ils sont finalement séparés, chaque tableau ressentira une force physique des autres, générée par l'échange caché de leurs messages partagés, les rapprochant encore exactement comme les forces entre les objets dans le monde subatomique deviennent physiques par l'échange de bosons messagers virtuels.

Finalement, peut-être, quand notre physique et nos mathématiques briseront les barrières de la pensée et de l'imagination qui en définissent les limites actuelles, une autre couche de réalité devra être peinte et collée, une autre couche de détail ajoutée au collage. Tout comme en Cocagne, des formes organiques de tubes et de cordes pourraient remplacer les points d'énergie abstraite, et des membranes et collecteurs pourraient remplacer le substrat de l'espace-temps plat ou légèrement incurvé. L'obscurité et l'énergie / matière interchangeables de la création et la complexité trouveront alors un autre paysage pour leur expression, un paysage qui a déjà ses échos dans l'œuvre de Jane Le Besque.

Traduction d' Arnaud Weil

 

 

 
     
  Background
  Statements
  Links